Le cauchemar de suivre son coeur – ou – Être un homme libre

Le cauchemar de suivre son coeur – ou – Être un homme libre

par Bruce Bigot, le 27 septembre 2021

Une explosion de vie qui a tout retourné, tout chamboulé, une épreuve à s’en tordre les boyaux. J’ai vécu une attaque cérébrale, j’ai été renversé par une moto, brisé de partout, des problèmes de santé graves, de l’intimidation, mais ça! Rien ne m’aurait préparé à ça…

Le moment où le cœur m’a appelé à l’aide mais je ne l’ai pas écouté.

‘’Je prépare un bon café et on y va!’’ La future mère de mon fils vient de perdre ses eaux, j’ai été en première ligne, il est 22h30. Tout excité par cette nouvelle grande aventure de la vie, je suis prêt à rouler vers le petit hôpital où elle est censée accoucher. 

Les routes sont vides, droites, et complètement ouvertes pour son arrivée. Pas besoin de s’énerver. Je suis quand même énervé. Nous arrivons. 

Je fais de mon mieux pour accompagner cette femme qui hurle de douleur, avec l’hypnose, avec amour, avec patience et bienveillance. Ça empêche même une césarienne. Plus de 14 heures plus tard, il est là.

C’est incroyable, mon coeur débat, mes paupières ne se débattent même plus, je le vois. Je le prends. Je le rassure. Je suis papa

Ce qui se passe à ce moment est indescriptible. Son arrivée ayant été mouvementée, ils le mettent sur une table “d’inspection”, il hurle. Je lui dit : “Tout va bien je suis là, moi ton papa” et il se tait, paisible. Mon coeur explose de joie. Une joie profonde. Il me semble qu’un liquide d’or pur chaud parcourt tout mon corps. J’aime et j’aimerai toujours. C’est ça l’Amour. J’aime. Mon cœur a pris le lead et le verdict est clair, je n’avais jamais aimé avant ça. Je me tourne vers sa mère, une femme merveilleuse qui a tout donné et qui lui donnera tout. Je ressens un profond respect pour elle. Mais je ne l’aime pas. C’est clair en moi et très inconfortable, non je ne l’aime pas. J’aimerais l’aimer. Mais non. Mon coeur vient de me dire, me faire vivre, sans l’ombre d’un doute ce qu’est l’Amour et je ne l’écouterai pas. Je vais continuer encore un peu à faire de mon mieux à faire semblant d’être amoureux de ma femme. 

Plus le temps avance, plus elle s’en rend compte. Les hurlements, les mots blessants, le contrôle qu’elle exerce sur moi est sans appel, elle souffre de mon manque d’amour. Je suis désolé, mais il faut que je parte. Je suis désolé mais la vie m’appelle. Je ne peux plus faire semblant, mon âme hurle, je ne peux plus éteindre mon coeur, mon fils a besoin d’un père qui soit un exemple. Un homme qui suit son cœur, courageux, qu’importe les jugements, qu’importe les regards, je m’en vais vivre.

Comprendre la mécanique du coeur, de prisonnier à libéré

Mes ‘‘amis’’ me laissent de côté. Un homme qui abandonne sa famille est un pauvre type. Je les comprends. Mon ex-femme est bouleversée, tiraillée entre une colère immense contre moi et l’envie de m’accepter comme je suis, je la comprends. Je plonge dans le monde, en dehors de tous mes repères, de mes habitudes et nage dans l’océan des possibilités.

Les erreurs s’accumulent. Une femme, une autre, une troisième, du célibat entre tout ça. Mon cœur aimerait me voir voguer au fil de la vie libre, et mon ego essaie de s’accrocher à tout ce qui passe à côté. J’en arrache, je fais du mal, j’ai mal, je suis un père qui souffre de ne pas savoir comment être père. J’ai pourtant une certitude. Mon fils me connaîtra sans compromis, entier, courageux même si la morale est contre chacune de mes actions. Est-ce que suivre son coeur, c’est aller contre courant? Pas forcément…

Je vis des moments où mon cœur m’envoie des grandes décharges de chaleur, d’ouverture et d’autres moments où la peur me fait pleurer des nuits entières face à l’obscurité. Un futur inconnu,  des jugements qui ne se taisent plus, en moi comme autour de moi, et pourtant. Le cœur m’empêche de me ranger. 

Je déménage encore et encore. Merci à la mère de mon fils d’avoir bien voulu être proche. Voilà une clé, rester proche. rester proche de chaque moment. Ne pas trop s’enfuir vers demain. Demain n’est pas une bouée de sauvetage. Maintenant mon coeur me parle et me guide à travers chaque respiration dans laquelle je décide de mettre un peu de conscience.

La mécanique du cœur est simple, mon esprit est compliqué. Mon esprit a peur et souhaite être rassuré, mon cœur est comme un chevalier, ma cage thoracique comme son armure, il n’a qu’une envie, y aller. Avancer dans la vie, puissant, vibrant, entier, vrai. Mon esprit a peur et cache des parties de vérité. Il a peur de faire mal. Alors je fais mal, pas exprès, la culpabilité grandit et pourrit petit à petit des possibles qui aurait pu être fleuris.

L’ennemi du coeur n’est pas la peur, mais la culpabilité

Pas à pas j’ai agit comme un idiot, comme un ignorant, un imbécile, un inconscient. J’ai fait mal sans le vouloir. Plus j’essayais de mieux faire (morale tentaculaire), plus je répandais la douleur, plongé en enfer.

Mais voilà, lui, cet enfant si doux, si grand, tous les soirs où il s’endormait dans mes bras, s’abandonnait en toute confiance. Mon fils m’aimait de tout façon. Mon cœur alors, encore, continuait de déverser l’Amour dans tout mon être. Je ne pouvais accepter cet Amour, je ne pouvais accueillir cet élixir, j’étais coupable d’inconscience, j’avais fait mal et je devais le payer. C’est comme ça que j’ai été élevé, tu es coupable tu es puni, une tarte dans la gueule et au lit! Pas de dessert, pas de plaisir, pas de réconfort, pas d’aide, pas d’amour, arrange toi petit, pleure toute la nuit et tant pis!

Tellement perdu enfant, tellement seul enfant, tellement de peurs, de peine que mon corps se martyrisait sans même lui demander. moelle osseuse qui pourrit, asthme à étouffer au moindre coup de vent, attaque cérébrale à 18 ans, sur mes pieds 5 mois plus tard et hop! Renversé! Une moto qui me fait valdinguer, Bruce est étalé, tout brisé. 

Je suis désolé, tellement désolé. 

Ces mots m’abîmaient, me maltraitaient. Fatigué de me sentir si petit rikiki, la colère, histoire de me remettre en mouvement, me remettait debout et faisait encore un peu plus de mal autour de moi. 

La culpabilité est un espace dans lequel tout est supposé s’éteindre. À se tordre dans le noir, l’imagination trop fertile, utilise la peur comme une alliée pour s’agrandir. C’est la peste. Qui prend tout ou presque et donne les restes à sa petite sœur la honte. 

L’Amour pardonne et le coeur délivre la joie libérée

Un jour, un petit matin, la douleur était si grande, mes pleurs si forts, que mon fils a posé les mains sur mon cœur. ‘’Je t’aime’’ puis il m’a serré fort fort contre lui. D’où lui venait tout ce courage? Cette force? Le soir quand je lui ai demandé, il m’a répondu : ‘’De mon coeur papa’’. Alors j’ai posé les mains sur mon cœur et j’ai osé : ‘’Je suis désolé’’ ‘’tellement désolé’’ comme si je parlais à toutes les cellules de mon corps qui souffraient à chaque bain de culpabilité, de colère, ou de honte. Je parlais à tout ce qui avait eu mal dans ma vie à cause de la culpabilité que j’avais beaucoup trop souvent laissé gagner.

Je me suis endormi paisiblement à ses côtés, profondément.

C’est en ton honneur mon fils que j’ai créé La Mécanique du Coeur.  L’Amour infini, toujours dans nos cœurs, pardonne sans limites, sans condition et sans détour. La joie de te voir m’aimer si grand, si fort m’a offert la liberté. La vie a fait ce qu’elle avait à faire à travers moi et elle continuera. Mon esprit se tourne vers mon coeur apeuré, et mon coeur l’infuse de courage pour continuer à créer. La peur est devenue mon amie, mon associée.

La morale, ou la peur d’être loin de son coeur

Les règles internes que je me dictais étaient là pour rassurer un esprit étroit appauvri de l’absence de cœur. Tout comme notre société j’en suis convaincu. La morale peut bien sûr nous aider en construisant des limites, là où des imbéciles inconscients, comme moi, se perdent. Mais un jour, dans un moment de folie, de vérité, le cœur retrouvera sa place et alors sa mécanique nous guidera, pas à pas, en fluidité, vers lui, vers toi, vers nous. Utopiste? Oui, comme mon fils et comme mon coeur.

www.lamecaniqueducoeur.com

Pour plus d’informations sur l’approche de Mécanique du Coeur et les outils du Coaching Intégratif et Holistique :

https://www.lamecaniqueducoeur.com/lecole/formations/accompagnant-mecanique-du-coeur/

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *