Les émotions, nos meilleures amies

Les émotions, nos meilleures amies

par Benjamin Lavigne, le 27 Octobre 2021

Voici un tour d’horizon de ce qui se passe dans le corps avec les émotions, démystifié ce qui semble être parfois obscure pour apporter plus de facilité à interagir avec et ainsi créer la vie de nos rêves.

Sans nos émotions, en tant qu’humains, nous serions perdus. Les émotions nous permettent de nous diriger et sans elles, il y aurait la sensation de vide absolu, sans aucun repère. Les émotions sont des programmes qui sont très utiles pour les mammifères que nous sommes et qui nous ont permis d’assurer notre survie jusqu’à aujourd’hui. 

Nous créons les émotions

Les zones du cerveau qui génèrent les émotions sont vieilles de plus de 200 Millions d’années d’évolution. Elles nous ont permis de nous diriger, comme une boussole intérieure, vers ce qui supportait ou ce qui diminuait nos chances de survie.

Nous partageons donc ce fonctionnement émotionnel avec nos compères les mammifères et selon notre habitat et la spécialisation de l’espèce, nous retrouvons dans différentes proportions la prédominance des émotions dans le fonctionnement de celle-ci.

Comme le montre le schéma suivant :

Figure 1 – Les cerveaux de différentes espèces de mammifères 

Source : https://lecerveau.mcgill.ca/flash/i/i_05/i_05_cr/i_05_cr_her/i_05_cr_her.html

Selon le développement du cerveau par espèces, nous retrouvons que les décisions et le comportement s’orientent de façon légèrement différente. Par exemple l’humain, le chimpanzé et le dauphin ont un néocortex plus développé ce qui permet de développer davantage les capacités cognitives par rapport à un rat.

La base du fonctionnement du cerveau repose sur ce que nous appelons le cerveau reptilien : 

  • tronc cérébral = spinal cord 
  • cervelet = brainstem

C’est la partie la plus ancienne répertoriée dans l’étude de l’évolution phylogénétique du cerveau au fil des années. Elle assure le maintient des fonctions vitales (rythme cardiaque, respiration, température, …), sa nature est rigide, compulsive et principalement inconsciente dans notre vie quotidienne.

Ensuite, nous retrouvons ce que nous appelons communément le cerveau limbique. C’est en fait un regroupement de différentes structures telles que :

  • l’hippocampe, notamment impliqué dans la formation de la mémoire à long terme ;
  • l’amygdale, notamment impliquée dans l’agressivité et la peur ;
  • la circonvolution (ou gyrus) cingulaire ;
  • le fornix ;
  • l’hypothalamus.

Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Syst%C3%A8me_limbique

Les fonctions de ces ensemble sont :

  • la mémorisation des comportements agréable et désagréable (émotions)
  • jugements de valeurs
  • interface entre le cerveau reptilien et le néocortex 

Et oui, nous pourrions faire une analogie et comparer cette partie à un sas de sécurité dans lequel les informations sont triées pour savoir si elles peuvent continuer leur chemin vers une perception plus “intellectuelle” ou si une décision est prise instantanément pour la survie

Ensuite nous retrouvons le néocortex avec les deux hémisphères qui se sont développé d’avantage chez l’humain et qui permet les fonctions suivantes : 

  • le langage
  • la pensée abstraite
  • l’imagination
  • l’organisation sociétale

Nous observons donc le rôle central des émotions dans le fonctionnement du cerveau qui sont des signaux envoyés au reste du corps pour agir dans différentes situations. « Limbe » signifie la « frontière » entre cette partie profondément animale « reptilienne » et le néocortex qui démontre un fonctionnement analytique et rationnel. Elles agissent comme une mini salle de contrôle dans laquelle la survie, le maintien de l’espèce et la connexion avec l’environnement sont les principales motivations.

Le développement des émotions au fil du temps

Les six émotions principales se développent durant la première année de vie :

  • joie
  • tristesse
  • dégout
  • peur
  • colère
  • surprise

Ensuite les émotions secondaires apparaissent entre 15 et 24 mois :

“Au moment où votre enfant prend conscience qu’il est différent des autres et qu’il est une personne à part entière, […]. Cette découverte amène votre tout-petit à ressentir des émotions liées à la conscience de soi, comme la gêne et la jalousie. La gêne peut être ressentie lorsqu’il comprend qu’on lui porte de l’attention, et la jalousie, lorsqu’il réalise que d’autres ont ce qu’il désire.” Sylvain Coutu

Et enfin tout ce qui attrait à la compréhension des règles, des normes, des objectifs déploient une autre gamme d’émotions à partir de 3 ans : 

  • la culpabilité
  • l’embarras
  • la fierté

Au fil de son évolution un être développe son propre vocabulaire des émotions, comme pour les couleurs, plus son expérience s’affine, plus les nuances avec lesquelles il interagit est grand. Il tisse ainsi sa toile de compréhension du monde par rapport à l’interprétation de ses signaux de base.

Figure 2 : Primal Emotions

Source : https://www.youtube.com/watch?v=65e2qScV_K8

Ces comportements de base de l’humain se retrouvent de manière universelle dans la nature et sont indépendants du caractère culturel de l’être. Des travaux anthropologiques ont montré que même des civilisations qui vivaient sans électricité, à l’âge de pierre, déconnecté de ce que nous pourrions appeler le “monde moderne” avaient la capacité à détecter et d’interpréter ces émotions de base (Voir travaux du Dr. Paul Ekman). C’est une capacité innée du corps humain et plus largement chez les mammifères de fonctionner avec ces signaux internes, nous ne pouvons donc pas se séparer d’elles.

Oui, mais alors, si nous souhaitons vivre de la joie ou de l’enthousiasme dans une situation, et qu’à la place, la réponse de l’organisme soit de la colère ou de l’anxiété. Est-ce la faute de ces émotions ?

Pourquoi nous ne sommes pas capables de contrôler nos émotions ?

Elles sont la réaction de millions de neurones et une combinaison de gaz, c’est un phénomène qui se produit, et ce, de manière principalement inconsciente.

Prenons cette image par exemple :

Que percevez-vous ?

Source : https://www.youtube.com/watch?v=0gks6ceq4eQ

À la vision de cette image, notre cerveau essai de créer une définition de ce à quoi ça ressemble le plus. Des hypothèses émergent et toute une gamme de sensations prend place dans le corps découlant de ces cocktails de gaz circulant librement dans le cerveau et ensuite le reste du corps.

Si maintenant nous partageons cette image :

Cela affecte toute notre expérience de la première image que nous avons regardé et notre cerveau va se mettre à recréer l’image d’un serpent même s’il n’y est pas. Ce que les neuroscientifiques appellent des prédictions.

C’est ce qui se passe durant toute la journée de manière inconsciente pour créer du sens dans nos vies, décoder les mots qui sortent de la ……………………………… ( bouche ). Et oui, nous assumons en permanence le sens derrière les apparences au lieu d’être en interaction avec celui-ci, et en plus nous en vivons toutes les sensations, les émotions.

Ces scénarios qui se créent dans notre conscience sont donc la résultante des expériences du passé auquel nous créons un sens. Les circuits d’émotions (e-motion = énergie en mouvement) de base (figure 2) se déclenche dans nos réseaux de neurones et ensuite un sens se créé dans notre histoire personnelle, comme dans ce jeu ou nous devons relier des points dans un ordre afin de découvrir le dessin qui s’y cache. Il y a alors un lien, une assimilation entre les sensations internes et l’environnement, la situation qui se déroule afin de savoir quoi faire, dire ou ne pas dire.

Pourquoi mon voisin, ma sœur ressent une émotion différente dans la même situation ?

Nos jeunes expériences constituent donc une référence sur toutes les autres à venir, surtout une. En tant que mammifères, nous nous attendons à vivre le phénomène du lien, primordiale à notre développement. Si ce n’est pas le cas la sensation de douleur se déploie à l’intérieur de nous, comme la sensation d’un couteau dans le ventre.(Voir les travaux du Dr. Gerald Hüther). Les expériences suivantes basées sur ces premières, nous allons nous mettre à créer de la souffrance dans de plus en plus de situations si aucune autre expérience vient apporter d’autres références. De même si nous avons toujours été comblé, et que notre référentiel pour la souffrance est nul nous risquons de ne pas savoir comment réagir dans un moment ou elle émerge.

Ces différents portraits, ces différentes cartes du monde ne sont pas fixes, la nature de l’être humain étant le changement, l’évolution, comme ses 20 millions de cellules qui se renouvellent à chaque seconde.

Et si nous prenons le temps aujourd’hui de créer d’autres prédictions, de générer d’autres mélanges de gaz, grâce aux techniques tel que :

  • la visualisation
  • la méditation
  • l’auto-hypnose
  • la respiration
  • les massages

Ainsi nous créons une autre voie pour le futur, une nouvelle avenue avec son lot de commerces et d’habitants. Nous devons en quelque sorte les architectes de notre expérience. Et si nous transformons dans un premier temps, la souffrance émotionnelle en simple inconfort corporel, quelles voies s’ouvrent ensuite ?

Et si vous avez beaucoup plus de contrôle sur vos émotions que vous l’imaginez ?

Comme sur un poste de radio, vous pouvez changer le contrôle du volume des émotions, non pas pour les mettre de côté et s’en détaché, mais simplement à revenir à leurs traces primaires dans le corps, de l’énergie en mouvement.

Que se passe-t-il dans votre vie si vous apprenez à générer des nouveaux schémas dans lesquels ce mouvement s’opère ?

Comme lorsque nous avons appris à conduire, ce qui semblaient difficile à premier abord pour ensuite devenir automatique, et même être capable de manger un sandwich en ayant une conversation pendant que vous conduisez.

Et si votre responsabilité dans la vie que vous décidez de créer était bien plus grande qu’un simple hasard ? Que les choix que vous faites aujourd’hui créent ce nouveau terreau pour les fleurs de demain ?

Et si vous embrassiez cette responsabilité, comme une nouvelle chance de créer la vie dont vous rêver pour demain, pour votre corps, pour votre esprit, votre famille,

C’est en tout cas le choix que j’ai fait et sur lequel je fais de mon mieux, certains jours je tombe, et je me relève, car c’est une certitude je marche déjà.

Benjamin Lavigne

Sources : 

https://lecerveau.mcgill.ca/

https://fr.wikipedia.org/wiki/Syst%C3%A8me_limbique

https://naitreetgrandir.com/fr/dossier/emotions-de-nos-enfants/emotions-au-fil-des-ans/

https://www.youtube.com/watch?v=0gks6ceq4eQ

https://www.youtube.com/watch?v=65e2qScV_K8

About Benjamin Lavigne

Passionné par la science Benjamin évolue de manière sceptique en testant chaque techniques, croyances qu'il rencontre. Il découvre de plus en plus avec enthousiasme et émerveillement des clés qui permettent le bien-être à tous les niveaux. Respirations, mouvements, imagination, sensations …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *