Mourir… toute une histoire…

Mourir… Toute une histoire…

par Bruce Bigot, le 18 novembre 2021

-Tu l’as vue, la plume?

-Où ça?

-Juste là, regarde.

-Oh ben oui dis donc… Qu’est-ce qu’elle fait à rester là comme ça?

-C’est à cause du temps qui vient de s’arrêter.

-Le temps s’est arrêté?

-Oui tu n’as pas vu, regarde autour de nous.

-Bien oui dis donc, qu’est-ce qui a pu arriver?

-La vie nous laisse le temps d’en profiter.

-Profiter de quoi?

-De la mort.

-La mort? Où ça?

-Partout.

-Mais je ne la vois pas?

-C’est l’immobilité la mort, elle est entre chaque note, chaque instant, paisiblement installée.

-Mais est-ce que ça veut dire qu’on va mourir?

-Mourir?

-Oui!

-Que le corps s’arrête de fonctionner?

-Oui et qu’on disparaisse…

-Disparaître…

-…

-Tiens le temps vient de reprendre.

-Pourquoi?

-La vie …

-Je ne comprends rien.

-Oui, mais est-ce que tu ressens?

-Ressentir quoi?

-La paix immense qui était dans la mort.

-Ne dis pas ça! Il ne faut pas penser comme ça, il faut vivre!

-N’aies pas peur de la mort, elle est partout, elle est une partie de la vie, une saison parmi tant d’autres, un moment de calme entre les tempêtes, le plus haut de l’inspire et le plus bas de l’expire.

-Oui mais mourir quand même c’est grave! Toute la souffrance!

-Et un accouchement c’est grave aussi?

-Un accouchement?

-La mort de la vie intra-utérine pour l’exploration du monde.

-C’est une façon de voir les choses. Mais on accouche de quoi quand on meurt?

-De nous-même. On laisse ce qu’on n’était pas et on avance vers ce que l’on devient. À la mort du corps, c’est l’âme qui sort et qui retourne en profiter de la vie. La mort du personnage, c’est la naissance de l’être.

-Je ne comprends pas.

-Tu n’as pas besoin. Comment tu te sens si ta mort est une libération et que tu t’envoles partout où t’as envie?

-Mais si c’était vrai tout le monde se suiciderait!

-Non.

-Pourquoi non?

-Parce que l’âme veut vivre humaine.

-Je ne comprends pas.

-Comment tu te sens après une grosse journée de travail physique bien réalisée et que tu peux te reposer?

-Heu.. bien, accompli, surtout si j’ai construit un truc.

-L’âme qui crée cette vie profitera vraiment de son nouvel envol si elle a créé ce qu’elle avait envie de créer, sa conscience libre, elle sera alors légère, sinon, elle sera lourde. 

-Lourde? L’âme peut ne pas s’envoler?

-Oui, elle peut avoir besoin d’aide.

-Comment l’aider? 

-Lui pardonner. Tout sans compromis. Lui dire merci, et me laisser m’en occuper.

-Tout pardonner? Comment on fait ça?

-Je te pardonne mon amie, tu es libre, tu ne me dois rien, je ne te dois rien, ni à moi ni à quoi que ce soit, continue, tu as fait de ton mieux. Laisse l’amour te porter.

-C’est toi l’amour?

-Non

-Ben… C’est qui alors? 

-C’est l’amour.

-Mais toi tu es qui?

-Une petite voix en toi. Je vais te guider.

-Pourquoi me guider?

-Parce que tu es en train de renaître. 

-Comment ça?

-Retourne toi?

-Oh mon Dieu! Que s’est-il passé?

-Tu sais tout à l’heure quand on a vu la plume.

-Oui?

-Tu es mort d’une crise cardiaque.

-…

-Tout va bien je suis avec toi. Je te pardonne mon ami, tu es libre, tu ne me dois rien, ni à moi ni à quoi que ce soit, continue, tu as fait de ton mieux. Laisse l’amour te porter.

-…

-L’amour c’est mon enfant chérie.

-…

-C’est toi. Laisse toi être porté par ta propre légèreté. 

-D’accord. C’est étrange comme tout change de ces yeux là. Enfin des yeux… hahahaha

-Tu vois, tu ris déjà de ta propre mort! Il n’y avait rien de dramatique…

-Mais j’ai créé quoi? J’ai fini?

-Ha non… ça jamais. Mais prend le temps de profiter du temps pendant qu’il existe encore pour toi, là où on va, c’est tout autre chose, mais ne t’inquiète pas, tout va bien se passer.

-Merci.

-Merci.

Bruce Bigot

Maître hypnologue, sophrologue, enseignant & formateur

Si vous désirez expérimenter une séance, prenez rendez-vous directement avec l’un de nos spécialistes :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *